Les équipages en prennent plein les yeux

BAB EL RAID, ÉDITION 2018

Ambiance détendue sur le départ

La cinquième et avant-dernière étape du Bab el Raid a commencé dans une ambiance bon enfant.
Avant le départ, plus tardif que d’habitude en raison de la distance, certains équipages se sont lancés dans une partie de frisbee. D’autres, choisissent de faire une petite sieste dans leur voiture, au soleil, pour être en pleine forme et affronter l’étape dans les meilleures conditions. Pendant ce temps-là, Baptiste, de l’équipage 069 (BAPTISTE LORBER / JEROME NIEL), en profite pour courir nu dans le désert pour les besoins d’une vidéo et sous le regard amusé des autres Aventuriers.

Les premières difficultés

Une question revient souvent : va-t-il y avoir beaucoup de passages dans le sable aujourd’hui ?
Le début de l’étape, plutôt montagneux, semble les rassurer. Mais les difficultés apparaissent tout de même rapidement. Quelques kilomètres après le départ, Sandrine, la copilote de la team 141 (BRICE GAUTRIAUD / SANDRINE ROLLIN - SEA AIR FREIGHT) descend de voiture pour guider son coéquipier dans une descente rocailleuse. Elle place des pierres afin de créer un escalier pour faciliter la descente. “Elle est trop basse, c’est le seul moyen pour descendre”, explique Brice, de l’équipage 141 (BRICE GAUTRIAUD / SANDRINE ROLLIN - SEA AIR FREIGHT).

Du jardinage au programme de l’étape 5

Wahou ! C’est vraiment un régal“, s’exclame Armand, de la team 173 (OTILIA LOPES / ARMAND LOPES - Garage Jérôme Coudert 63200 Le Cheix sur Morge), à la sortie du fameux col alors qu’il arrive sur un magnifique reg bordé d’acacias. La suite du trajet se corse un peu et de nombreux équipages s’égarent après avoir fait de mauvais calculs. Après avoir planté des palmiers la veille, les équipages ont donc continué à jardiner ! (En langage rallye, jardier signifie tourner en rond) C’est ce qu’a fait le 247 (VICTOR ALARY / THOMAS MERCEUR - COM'UN MARDI) qui s’est perdu dans le roadbook et a tenté de se récupérer en se calant sur les autres équipages croisés après la deuxième balise.

Du golf en plein désert

Hugo et Arnard, de l’équipage 200 (HUGO VIDAL / ARNAUD VIDAL - JP MAT) profitent du Défi Désert pour prendre leur pause déjeuner à l’ombre d’un acacia. Le Défi Désert du jour n’est autre qu’une partie de golf, sans doute sur l’un des plus beaux terrain du monde : des dunettes au beau milieu du désert marocain. L’idée semble en tous les cas séduire les équipages qui se pressent pour participer, notamment Arthur, de la team 258 (ROXANE PARE / ARTHUR PUYENCHET - Sofratherm), qui compte bien mettre en pratique ses dix années à jouer. Le but est de mettre au moins une balle sur tris dans une cible depuis une dunette. Si Alexis, de l’équipage 227 (ALEXIS OLIVEIRA / BAPTISTE DEGROS-LOZAC\'H - Belr Automobiles) s’en sort du premier coup, ce n’est pas le cas pour beaucoup qui pensaient pourtant s’en tirer haut la main. “Youhou, c’est notre premier défi gagné depuis le défi du Bab el Raid”, s’écrie Caroline, de l’équipage 107 (KEVIN BONTE / CAROLINE CASTELIN - Sélect fermeture) en sautant de joie.

Navigation difficile et passage d’oueds

C’était costaud la navigation pour venir jusqu’ici, j’espère que ça ne va pas se corser sinon on va rester dormir ici 🙂 “, confie Manon, de l’équipage 276 (LOU COUTELIN / MANON GAHINET - AC3 Studio) en arrivant sur le lieu du défi. Pour Anne-Sophie et Mélanie, de la team 131 (ANNE-SOPHIE CHAPEAU / MÉLANIE CHAPEAU - Garage guibert 1), c’est une journée “maudite” : crevaison, tankages, problèmes de démarrage… Pas de quoi pour autant perdre leur sourire et les empêcer de continuer l’étape. Pas de chance non plus pour Kévin et Madeline, de l’équipage 185, dont le schnorkel a cassé dans le passage d’un oued classé rouge. Pour éviter toute casse, Pierrick, de la team 256 (EMELINE THIESSET / PIERRICK THIESSET - Art du métier), tente de recréer une piste en rajoutant du sable et ainsi éloigner le risque de tankage. Une stratégie gagnante puisque sa voiture passe tout comme les suivantes, direction le bivouac dans les dunes.

Un dernier Défi Banco très prisé

Au bivouac, un dernier Défi Banco attend les équipages. Un défi digne de rallye puisqu’il s’agit de franchissement de dune. Les Aventuriers doivent passer dans le sable, au pied d’une dune sans se tanker ni s’arrêter. Un défi très prisé et qui a enflammé les équipages qui se sont postés les uns après les autres en haut de la dune pour encourager les autres. “On ne le fait pas pour gagner des points mais pour avoir des sensations fortes“, raconte Sophia, de l’équipage 177 (ANNE PERROCHEAU / KARINE LERIDEAU) alors qu’elle s’apprête à passer. La journée se termine avec une grande photo de groupe des équipages et de l’équipe d’organisation avant une soirée dans les dunes et une dernière nuit dans le désert.

2018-02-24T10:56:09+00:00

VOUS SOUHAITEZ PARTICIPER ?

PROCHAINE ÉDITION DU 10 AU 20 FÉVRIER 2019

TOUT COMMENCE ICI

PARTENAIRES